le blog santé

Préface du Professeur Luc Montagnier

La Santé est l’un des biens les plus précieux de chacun d’entre nous. C’est même un droit accordé à tout citoyen, mais un droit qui risque de s’évanouir car de graves dangers menacent tout notre système de Sécurité Sociale gagné en 1945.

                C’est le mérite du livre de Frédéric Bizard, en premier lieu, de faire un constat sur ce qu’il considère comme la fin d’un cycle de protection sociale, en face de la crise économique et de l’immobilisme des acteurs politiques et de la communauté médicale.

                En fait, en raison même des progrès de la Médecine appuyés sur la recherche et des développements industriels importants mais aussi des changements de l’environnement créés par nous-mêmes, les maladies et leur impact sur la société ont profondément changé en quelques décennies.

                La mortalité infantile a beaucoup décru, l’espérance moyenne de vie augmente continuellement jusqu’à dépasser 80 ans. Aux infections aigues curables ont fait place des infections lentes persistantes peu sensibles aux traitements. De nouvelles épidémies sont apparues, SIDA, obésité, autisme. L’incidence des maladies chroniques – en particulier la maladie d’Alzheimer, le diabète, certains cancers – montre un accroissement inquiétant.

                Devant ce tableau, que faire ?

                Bien sûr, il n’y a pas de solutions magiques, tout ne peut pas changer en quelques mois, voire quelques années. Mais ce qui est proposé dans ce livre, c’est de réduire l’incidence de ces maladies pour tout le monde, riches et pauvres, dans le cadre d’une sécurité sociale non déficitaire. Ceci implique un changement complet d’attitude mentale face aux problèmes de santé de la part des décideurs, des opérateurs médicaux mais aussi des patients potentiels.

                Il s’agit de remonter aux causes profondes de ces maladies et d’en déduire une politique efficace de prévention. La génétique des individus ayant peu ou pas évolué d’une génération à l’autre, l’accroissement des pathologies chroniques doit mettre en cause essentiellement les facteurs d’environnement qui eux, ont beaucoup changé. Certains de ces facteurs nécessitent des décisions à l’échelle de la planète ; c’est le cas des pollutions chimique, atmosphérique, électromagnétique…

                Par contre, il en est qui dépendent des comportements individuels tels que la nutrition, l’exercice physique, ou des interventions médicales : traitement des infections chroniques latentes, à l’origine de beaucoup de maladies neuro-dégénératives, articulaires, voire cardio-vasculaires.

                 Prenons des exemples concrets :

                L’autisme, maladie neuropsychiatrique qui atteint plus de 150.000 enfants en bas âge en France. La politique actuelle est de ne traiter que les symptômes par des approches psychologiques, voire psychanalytiques et de renforcer les structures de prise en charge. Or, c’est négliger les causes organiques de cette maladie, dont les aspects neurologiques peuvent être maintenant détectés par imagerie, et l’origine bactérienne mise en évidence par de nouveaux tests de laboratoire. Un groupe de médecins généralistes accumule depuis plusieurs années les cas de guérisons ou d’améliorations spectaculaires d’enfants autistes, obtenues par des cures d’antibiothérapies de longue durée. Cette approche médicale peu couteuse – que des études cliniques peuvent encore améliorer – est complètement ignorée du public, de la plupart des médecins et des autorités de santé.

                Avec la même approche appliquée à la sclérose en plaque, dont les symptômes sont ceux d’une maladie auto-immune, ou à la maladie d’Alzheimer dans sa phase réversible, ce même groupe de médecins obtient là-aussi des résultats très encourageants par des traitements d’antibiothérapie et des régimes nutritionnels appropriés.

                Les propositions de Frédéric Bizard d’un développement d’une médecine préventive personnalisée et innovante, appliquée périodiquement dans un cadre de prévention sur des sujets sains ou au début de leur maladie, sont donc d’une actualité forte.

                Dans cette nouvelle phase de la politique de santé, les dépenses de la Sécurité Sociale seraient beaucoup moins grevées par les dépenses d’hospitalisation et de traitements de longue durée non curatifs. L’industrie pharmaceutique y trouverait également son compte en se tournant vers la mise au point de médicaments de prévention ou de traitement précoce, ce qu’elle commence d’ailleurs à faire dès maintenant.

                Le livre de Frédéric Bizard vient donc à point pour faire prendre conscience aux décideurs, aux opérateurs médicaux et au grand public qu’une page nouvelle doit s’inscrire en urgence dans la Santé Publique.

 

                                                                                                      Professeur Luc Montagnier

Une ordonnance pour la France, ThierrySouccar Editions, mars 2012

Acheter sur Amazon

Vous aimerez peut-être

Pas encore de commentaires

    Répondre

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.